Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 14:55


Hum, un article un peu court, et pas imagé.
L'autre jour, je lisai ce livre très intéréssant, Un amour d'orchidée, quand je suis tombée sur un tableau de durée d'inflorescence de quelques orchidées. Et je lis ce nom : Dendrobium appendicula, durée de floraison : 5mn.

Wouah!
Celui ci, c'est un pressé! Bien évidemment, poussée par la curiosité, je lance des recherches sur google, et là... Rien! Comme quoi, on ne trouve pas tout sur la grande toile.

J'ai trouvé quelques fichiers avec son nom, mais aucune photo, aucune description.J'ai juste trouvé son nom complet : Dendrobium appendicula Schlechter.
Elle a donc vraisemblablement été décrite par Friedrich Richard Rudolf Schlechter, botaniste allemand né à Berlin le 16 octobre 1872, décédé à Berlin le 15 novembre 1925.

Ce qui me fait dire que la plante a été décrite il y a environ un siècle, et que depuis, peu de monde s'est penché dessus.

Mon dictionnaire de latin m'indique qu'appendicula signifie "petite annexe" Sans doute une particularité de la fleur ou du feuillage.

Je ne sais même pas sur quel continent pousse cette bestiole, vu que Schlechter a étudié les plantes partout dans le monde. En revanche je peux supposer que le specimen de Dendrobium appendicula qu'il a du ramener pour l'étudier a disparu, puisqu'une grande partie de son herbier a été détruit lors de bombardements à Berlin en 1945.

Je ne saurai vous en dire plus, donc, sur cette mystérieuse orchidée qui ne fleurit que 5mn. Pourtant, j'aurai essayé...

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 10:26


J'ai reçu il y a quelques temps le dernier numéro de 'The orchid review' de la RHS.
Et en le feuilletant, je me suis arrêtée sur une orchidée qui m'a parue pour le moins curieuse.
J'ai donc lu avidemment l'article la concernant, et je me suis décidée à enquêter sur elle.

Son nom : Corybas fanjingshanensis

Il existe environ une centaine d'espèces de Corybas, réparties du nord de l'Inde au sud de la Chine, en passant par la Malaisie, la Polynésie, plusieurs îles du Pacifique, la Nouvelle Zélande, la Nouvelle Guinée et l'Australie.

Le genre Corybas appartient à la tribu des Diurideae et à la sous- tribu des Acianthinae.
Corybas vient de Corybant, prêtre de la déesse phrygienne Cybele. Ne me demandez pas pourquoi ce nom, il faudrait demander aux taxonomistes!

L'Article de mon magazine raconte les expéditions qui ont permis de découvrir Corybas fanjingshanensis, et d'en faire la description.

C'est en juin 2005 que la première expédition se mit en route pour le Mont Fanjing, dans la province de Ghizou, sud ouest de la Chine.
Le mont Fanjing culmine à 2570m d'altitude, sous un climat subtropical couvert par les moussons de mai à septembre.
C'est une réserve naturelle peu explorée, mais aussi un lieu de pélerinage bouddhiste depuis 400 ans.

Ils ont donc trouvé durant cette expédition un specimen de Corybas fanjingshanensis, que, non seulement ils ne pouvaient nommer, puisqu'elle n'avait pas encore été décrite,  mais ils n'étaient même pas sûrs d'avoir affaire à une orchidée, tellement la fleur est petite. Elle fait 7mm environ, et il faut une loupe pour pouvoir l'observer correctement.

Ce qui a attiré mon attention, c'est qu'à première vue, la fleur n'émerge du sol que de 2cm, alors qu'en fait elle traverse 6cm de mousse pour voir la lumière du jour. De la surface on peut voir une feuille de 1cm de diamètre, et une unique fleur rose dont la forme fait penser à un casque.

Un an plus tard, en juillet 2006, une deuxième expédition part pour retrouver cette inconnue.
Après des recherches infructueuses, ils finissent par trouver, à une altitude de 2310m, une colonie de 80 spécimens.

Ils en ont prélevé, afin d'en faire une description, et de lui donner un nom, et une fois redescendus au village, ils ont demandé à des habitants qui ont l'habitude des montagnes, s'ils avaient déjà vu une telle plante. Elle n'était connue de personne.

En 2007, elle fut décrite et nommée officiellement Corybas fanjingshanensis Y.X.Xiong par Xiong Yuanxin et les membres de son expédition.

Mes recherches sur le net furent fructueuses et pauvres à la fois.
Bon déjà, en tapant corybas fanjingshanensis sur google, la plupart des pages trouvées étaient en chinois. Rien de bien exploitable. En revanche, j'ai trouvé le document officiel de la description de Corybas fanjingshanensis, que je vous retransmet. Alors certes, c'est en anglais et en chinois, mais vous avez les photos de la bête, ainsi que la situation géographique.

Mes recherches se sont arrêtées là, je ne pense pas que j'aurais pu trouver d'autres informations.

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 18:18


          J'ai recu il y a quelques jours le dernier numéro de Orchids, le magazine de la RHS. En le feuilletant je tombe sur un article qui s'intitule "Hardy lady's slipper orchids for the garden". Comprenez "De robustes Sabots de Vénus pour le jardin", pour les non-anglophones.
Je dévore l'article, et découvre que tout un chacun avec la main un peu verte peut accueillir chez soi des Cypripediums.
Il leur faut du mi -ombre, de manière à ce que les températures n'excèdent pas 30 °C l'été. L'hiver ils peuvent résister à des températures de -20°C.
Pas de soleil direct à midi, un sol bien aéré et légèrement humide leur convient.
La plantation se fait en automne, et ils auront besoin d'engrais au printemps.
Faire attention évidemment aux nuisibles, et ne pas les planter près d'un arbre qui pompera toute l'eau du sol.

Ca n'est donc pas plus compliqué qu'un phalaenopsis ou un paphiopedilum.
L'absence de cette plante dans nos jardins vient du fait que les espèces botaniques soient capricieuses, et jusqu'à il y a peu, les cypripediums proposés à la vente étaient de mauvaise qualité pour des prix exorbitant.

Aujourd'hui quelques producteurs spécialisés vendent des hybrides, plus robustes que les botaniques, à des prix équivalent à ceux des orchidées tropicales. Cher pour une plante de jardin, mais raisonnable pour les bijoux qu'ils sont!!
En plus des Cypripediums, ces producteurs proposent Orchis, Ophrys, Dactylorhiza et autres orchidées des climats tempérés.

Bref, vous l'aurez compris, cet article a suffit à me concquérir, et je veux des tas de petits Cypripediums dans mon jardin!!
Bon, Choupinet ne veut pas se lancer là dedans tant qu'on est en location, alors on va attendre d'avoir notre jardin à nous tout seuls pour y mettre tout plein de Sabots de Vénus de toutes les couleurs!
En attendant, un petit croquis évidemment, C'est un Cypripedium sebastian.

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 13:21

Ce midi, Choupinet est entré à la maison avec dans les mains le nouveau numéro de The Orchid Review de la RHS. Aussitot arrivé, aussitot déballé, j'ai commencé à le feuilleter. Et j'ai trouvé un article sur 'the Tatton Park Orchid Festival' qui présentera en juin des livres rares de planches d'orchidées. ALors ce genre d'articles m'intéresse peu, car je sais que je ne pourrais pas y aller (pour ceux qui seraient intéréssés, ca se déroule du 7 au 14 juin!) Mais en bas de l'article, un lien pour profiter de quelques unes de ces peintures encore plus inaccessibles que leurs sujets!
Ni une, ni deux, je me suis précipitée sur l'ordinateur pour découvrir ce site que je vous fait partager.
Alors faut pas croire, c'est pas un bouquin en ligne, pour avoir toutes les photos il faut acheter le cd, mais c'est déjà un chouette apercu. Laissez le diaporama défiler et appréciez. En plus c'est rigolo, moi qui ait dessiné un odontoglossum crispum il y a peu, là vous en verrez sous toutes les coutures!!

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 16:19

Aujourd'hui c'est mon jour de congé, et je ne savais pas trop quoi faire. Choupinet fait sa sieste, et en ce moment à part les masdevallias, il n'y a guère que de la salade à dessiner! (suis méchante, jles adore mes plantounes!) Mais enfin, je suis surtout en phase panne d'inspiration. Bref, je décide par ce beau temps qui ne va pas durer d'organiser à l'improviste une petite chasse aux orchidées dans le parc du chateau de notre belle cité!
Alors le parc du chateau de Beaupréau, c'est un parc très sympathique puisqu'il garde une flore et une faune sauvage. Ainsi, les jours de chance on peut y croiser des biches et des écureuils, et en observant le sol on peut trouver de magnifiques petites fleurs des bois, comme en ce moment les petites jacinthes des bois qui tapissent le sol de la forêt.
J'entre donc dans le parc, et je me sens une ame d'aventurière à la recherche du trésor perdu! Je scrute à droite et à gauche à la recherche d'une bestiole qui pointerait le bout de son nez!
Et d'un seul coup, après seulement 5 mn de recherches, je la voit! Dressée fièremment sur sa tige, et je l'identifie aussitot : un orchis mascula. Seules deux - trois fleurs sont ouvertes, mais tant pis, je n'aurais peut être pas l'occasion de revenir, je la mitraille de photos, envahie par un sentiment de triomphe! La chasseuse d'orchidées, après des heures à travers la jungle, luttant contre les piranhas, les caimans et la fièvre, trouva enfin l'orchidée miraculeuse! Bon, ok, je m'emballe un peu, mais on a bien le droit de rêver, non ? A défaut de la jungle amazonienne, je commence par la foret belloprataine, il faut un début à tout! Là au moins, je n'ai pour prédateurs que les moucherons qui viennent m'embêter!

Bref, je le mitraille de toutes parts et tant bien que mal, car la tige fait bien 20 cm, et avec le vent elle ne cesse de se balancer. Je la laisse pour continuer mes recherches à travers le parc. Mais après avoir fait un petit tour, je n'ai rien trouvé d'autre.

Je retourne donc sur les lieux, et en bonne chercheuse de trésor, j'espère vivement que personne n'aura eu l'affront de l'arracher. D'autant que je n'ai trouvé que deux spécimens (l'autre était encore en boutons). Je la retrouve, et comme j'avais mon carnet de croquis, je décide de la dessiner rapidement. Je croise une passante qui me regarde, et je lui lance, "je dessine les orchidées tant qu'elles sont en fleurs" . La dame très gentille me répond : "c'est une pentecote."

????!!!!????

Quoi ? Frustration, colère, je ne sais même pas reconnaitre une orchidée ? Je ne dis rien, finis mon dessin et rentre à la maison fissa pour vérifier dans mon bouquin. OUUUuuuuuuuuf! Je ne suis pas une orchidophile inculte, non seulement c'est bien une orchidée, mais c'est meme ainsi que je l'avais identifiée de mémoire, pour en avoir vu au parc de Maulévrier.

APrès petite vérification sur internet, je comprend vite que le nom pentecote se trouve être le nom vernaculaire donné à cette orchidées. Sans le savoir, cette dame me parlait bien de la meme chose ; seulement elle ignorait que ce qu'elle nommait pentecote était une orchidée, et j'avais oubliée que nos noms latins peuvent avoir dans les campagnes des noms bien différents!

Mais enfin, je suis en retard pour aller au cheval, alors je vous la







isse avec les photos!!

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 11:29
Enfin! Ca faisait une bonne semaine que je guettais l'arrivée du facteur dans l'espoir qu'il ait entre ses mains le numéro mars avril de The Orchid review! Il faut dire que je suis sensée recevoir le magazine dans la semaine qui suit le début du mois. Mais comme il faut traverser la Manche, éviter les requins, les bateaux de pecheurs, les nappes de pétrole quand il y en a, les mouettes, et puis une fois en France il faut rouler à droite jusqu'à la maison ; eh bien je ne le reçois qu'au bout d'un mois!
Enfin tout ca pour dire que je devrais m'empresser de m'installer confortablement dans mon canapé, avec mon dico anglais/français sous la main (bah voui désolée, j'ai pas encore acquis toutes les notions de jungle, canopée, falaises etc.) pour bouquiner ce numéro, en attendant le prochain, dans deux mois!


Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 18:22

Nous savons que les peuples du monde ont utilisé et utilisent encore les orchidées dans leur gastronomie locale. La vanille est bien évidemment le plus célèbre exemple de cet emploi. 
Mais il existe une recette, pas si loin de chez nous, en Turquie, que j'ignorais totalement.
Il s'agit du "salepi dondurma", comprenez  "crème glacée aux testicules de renard".
Les tubercules (d'ou les testicules) d'orchidées endémiques (orchis, ophrys et dactylorhiza) sont ramassés en montagne. On les plonge pendant 50 mn dans l'eau chaude pour pouvoir les peler, puis on les fait sêcher sur un fil pendant une semaine au soleil.
On broie ensuite les tubercules pour obtenir une farine appelée salep. Il faut 1kg de tubercule pour fabriquer 300g de farine.
Tous le salep utilisé pour les crèmes glacées provient d'orchidées sauvages (Aarg! le massacre!) mais les gens du pays prétendent qu'elles sont si abondantes qu'il n'est pas nécéssaire de la cultiver.

Mais le salep n'est pas seulement utilisé pour la crème glacée aux testicules de renard ; il s'exporte également en Europe et aux Etats - Unis pour ses propriétés de liant qui le fait entrer dans la composition des crèmes glacées industrielles.

Et je ne vous dirais pas combien de tubercules on estime être arrachés chaque années des montagnes turques pour le plaisir de nos papilles, ca vous glacerait le sang!!

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 18:23

Alors que je feuilletais mon petit bouquin, je suis tombée sur les biographies des botanistes et autres orchidophiles  du XIX et XX siècle qui nous ont permis grâce à leur travail  de découvrir et de nous passioner à notre tour pour les orchidées.
Et je suis tombée sur les noms des créatrices des illustrations que je reproduis aujourd'hui.


"Nellie Roberts (1872-1959)
Jeanne Holgate (née en 1920)
Iris Humphreys (dates inconnues)
A elles trois, ces artistes consignèrent les orchidées primées de l'Orchid Committee pendant presque un siècle. En 1896, le comité nomma officiellement Nellie Roberts illustratrice d'orchidées ; son travail consistait à représenter toutes les orchidées primées au cours des expositions de la société. [...] Elle conserva son posteplus de cinquante ans. Elle fut remplacée par Jeanne Holgate, précédemment enseignante  au Royal College of Art[...]. Elle fut remplacée par Iris Humphreys, qui avait commencé à peindre des orchidées pour l'entreprise Charlesworth dans les années 1930. [...]  Mrs Humphreys réalisa également beaucoup d'illustrations pour the Orchid review."

(the orchid review à laquelle on est abonnés!!)

Et bien moi je dis, je vais m'expatrier en Angleterre et dessiner des orchidées pour la RHS!!!

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 11:58
Pour l'anniversaire de mon Choupinet, j'ai acheté  un chouette bouquin d'orchidées :

Orchidées : guide de l'amateur de Roger Bellone

mais comme choupinet n'est pas raisonnable, la semaine suivante, il a commandé sur internet  the illustrated encyclopedia of orchids par Alec Pridgeon.

Et ma foi les deux sont excellents!!DSC03536.JPG









Le guide de l'amateur à l'avantage d'être en français! Oui, on ne dirait pas comme ca, mais quand on ouvre le deuxième, on se rend compte qu'on aurait du travailler un peu plus son anglais!
Ce premier livre, donc, a de très jolies photos,  une mise en page très claire, et une description assez complete de chaque espèce avec  l'origine historique, le milieu naturel et la culture. Une bonne première partie sur la reproduction, la classification, la culture etc. Puis une deuxième partie qui nous présente 500 espèces d'orchidées.





DSC03537.JPG




L'encyclopedia a d'abord la tare de n'être éditée qu'en anglais. Mais finalement en feuilletant l'ouvrage, on se rend vite compte que c'est assez compréhensible. Une partie également sur l'histoire, la reproduction , la nomenclature etc. Et une dexième partie avec plus de 1000 espèces présentées incluant tant les orchidées tropicales que les orchidées d'Europe. Les descriptions sont plus succintes, en revanche, l'étymologie de chaque genre ainsi que la prononciation.

Bref ces deux livres se completent à merveille, ete je ne sais lequel je vais ouvrir à présent!

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 11:48
Je crois qu'il fait suffisament froid pour se réchauffer un peu avec des souvenirs de vacances. Je ne vais pas mettre en ligne toutes nos vacances, parce que la flemme de tout réécrire, d'une part, et puis ca n'est pas très intéréssant, d'autre part. Juste, deux jours qui sont important ; les visites à la canopée et à Buscal.

Je commence donc dans l'ordre chronologique avec la Canopée.

Réveil glacé. Un café brûlant, ca fait du bien.
Après un brin de toilette et avoir enfilé des vêtements chauds, décision est prise d'investir dans une nouvelle couverture.  (je rappelle qu'on est partis en camping au mois de septembre. 10°C la nuit.)
    Matinée tranquille, Dewie est au rendez vous à midi (Dewie c'est un rouge gorge qui venait nous chiper des miettes de pain) Un peu de repos avant de partir à la Canopée.

    Début d'après midi, nous partons découvrir les orchidées. Après quelques kilomètres sur les petites routes, nous arrivons... dans une jungle! Il y a tellement de choses à voir que nous ne savons par quoi commencer! Des orchidées dont nous avons rêvé à travers un écran d'ordinateur! Elles sont là, face à nous, bien réellles! Les noms valsent autour de nous, certains qui nous faisaient rêver, d'autres que nous ne connaissions même pas! Bulbophyllum, stanhopea, encyclia, disa, aerangis et bien d'autres. Nous sommes éblouis par les couleurs, les formes et les parfums! On est comme des gosses à Disneyland!
Tantot on s'écrie "Oh! Un phalaenopsis bellina!" ou encore "Viens voir, un coelogyne speciosa!"

Une fois le tour terminé (ce qui déjà a duré pas mal de temps!), nous demandons conseil. Nous décrivons nos conditions de culture, et on nous présente des espèces adéquates! Nous disons amen à tout ce qu'on nous présente (avec du recul, peut etre un peu trop! je suis décue de ne pas avoir vu la tête du bulbo eberardhtii, que je pensais plus effilée au bout) Bref, le résultat est que nous nous ramenons avec 7 ou huit orchidées!

Une fois rentrés au camping, un plongeon dans la piscine nous remet tranquillement de notre visite qui nous a quelque peu abasourdis!

Repost 0
Published by Colombobine - dans Orchidées & co
commenter cet article