Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 11:00
Ca fait bien deux semaines que la première chose que je fais en me levant, c'est d'aller zyeuter vers la serre, voir s'il y a du changement.
A chaque fois c'est la même chose. Rien de neuf au bataillon, et je m'en vais nonchalament prendre mon petit déjeuner.
Sauf que ce matin en posant mon regard à travers la serre, les boutons du Cirrheae avaient changé!
Toute la première hampe est enfin éclose!!
Nom d'un ptit bonhomme, voilà que je me sens tout à fait réveillée là!!
 J'attrape l'appareil photo et j'ouvre la serre.
Un délicieux parfum citronné s'en échappe.
C'est en fait un mélange du LC tropical qui sent la citronelle, et du Cirrheae, qui, quand je m'en approche, dégage un parfum que j'identifierai comme un mélange de citron poivré.

Je l'observe quelques secondes, il est magnifique!
Les pointillés marrons sont bien marqués et ressortent sur le vert tendre.
Les pétales latéraux marrons et le labelle blanc me font penser qu'il a un petit air de cycnoches loddigesii en miniature et en dix fois plus nombreux.
Je n'ai même pas compté les fleurs, mais sur cette première hampe (il y en a trois en tout) il y a bien une quinzaine de fleurs.
Je prends les photos rapidement, et je me résouds à sortir, il fait déjà chaud dans la serre, et je ne veux pas amener trop d'air froid en la laissant ouverte.

Ce cirrheae dependens, puisque c'est ainsi qu'il se nomme, est un genre assez proche des Gongora.
Outre la morphologie des pseudobulbes, et une inflorescence pendante, ils ont d'autres points communs que j'ai pu observer ce matin.
En effet, les boutons des Gongora, comme des Cirrheae, attendent d'être tous matures, afin de s'ouvrir tous en même temps. C'est pourquoi je trépignait depuis quelques temps, car je voyais bien que les premiers boutons avaient l'air près.
De plus, contrairement à d'autres orchidées à qui il faut au moins une journée pour éclore, les Cirrheae et les Gongora font cela très vite, presque à vue d'oeil!!
Pour le cirrheae, je n'ai malheureusement pas pu assister à l'ouverture des boutons, puisqu'ils étaient déjà tous bien ouverts quand je me suis levée, mais pour le Gongora, nous avions pu observer ce phénomène, et en l'espace d'une matinée, tous les boutons avaient éclos, et les tépales mis en position finale.

Bon, j'imagine qu'un autre point commun doit lier les Gongora et le Cirrheae, à savoir la durée de floraison, moins d'une semaine je suppose.
Mais c'est justement, ce qui les rend précieux!





Je laisse bien évidemment à Matt le soin de faire des photos bien meilleures, c'est lui l'expert pour ca!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires