Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 13:59

Par ce beau soleil de mardi matin, je suis allée monter au club.
Comme tous les cavaliers, petite appréhension avant de voir quel cheval m'est attribué. Marius, Elsa, Berylune ... ?
Et non, cette fois ci, et pour la première fois, c'est Bonheur'Hall.
Petite montée de stress et d'exaltation, Bonheur est un cheval réservé aux cavaliers "confirmés".
Je ne l'ai en tout cas jamais vu entre les mains d'un débutant.

Je suis partie le préparer ; c'est un petit cheval grisonnant de 19 ans, qui a gagné bien des compétitions de dressage.
Là, je tâche de me détendre, monter un cheval que l'on ne connait pas reste toujours une appréhension, surtout quand on sait qu'il est habituellement confié à des mains expertes! Cependant, pour avoir déjà vu des cavaliers le monter, je sais qu'il n'est pas méchant, mais qu'il faut en revanche le travailler sur l'impulsion, car il aurait tendance à s'endormir !

Je m'en vais avec lui au manège, nous sommes trois à monter. C'est les vacances, et les deux autres cavalières sont en stage de 3 jours. L'une d'entre elles est venue avec son cheval, un magnifique frison. Ca n'est pas le propose de mon article, mais c'est la première fois que je vois un frison en vrai, et cette crinière qui n'en finit pas, c'est très impressionant!

Nous commençons le travail, je suis équipée d'éperons, et d'une cravache de dressage, et effectivement, je m'en sert sans arrêt pour stimuler Bonheur. Et ma foi, j'aime ces cours où j'ai l'impression d'apprendre des choses. Au programme aujourd'hui, épaule en avant, suivi d'un appuyer.
Les deux mouvements sont les mêmes ; on doit avoir le cheval incurvé autour de la jambe intérieure, la différence, c'est que pour l'épaule en avant, l'exercice se pratique sur la piste; et le cheval doit sortir ses épaules, comme s'il voulait faire un cercle.
Pour l'appuyer, on fait une diagonale ou le cheval, parallèle au pare bottes, doit garder cette incurvation, comme s'il voulait faire un cercle.

J'ai déjà fait ces exercices auparavant, mais ca fait toujours du bien de s'arrêter dessus, réexpliquer clairement le but de l'exercice, ainsi que les aides à employer.

Premiers essais, l'appuyer était un peu timide. Ensuite un peu trop fort. Question de dosage.
Plus facile à dire qu'à faire! Car, en équitation, tout est question de feeling. Sentir comment son cheval réagit aux aides, et les doser en conséquence, plus ou moins fort.

Autre point important, la décontraction. Ca aussi, c'est plus facile à dire qu'à faire!
Mais c'est pourtant essentiel.

Prenez Berylune. C'est une jument qui a été travaillée assez tard en dressage, du coup, elle n'est pas très à l'aise au galop. Quand je la montais, au moment de partir au galop, j'avais la crainte qu'elle ne parte pas, et du coup, inconsciemment, je me penchais en avant, comme pour faire dans les film de western "allez ya yaaa!" Sauf qu'en vrai, la jument partait dans un trot énervé.
Du moment où j'ai compris que je pouvais la faire partir sans problème, j'ai arrêté cette vilaine habitude, mis mes aides correctement, et la jument part au quart de tour à chaque fois!

Depuis, j'essaie de me dire à chaque fois avant de monter : "tout est dans la tête, tout est affaire de souplesse et de décontraction!"

De même, avec un cheval qui chauffe, quand on fait un mouvement, instinctivement, on ne met  plus de jambes, pour qu'il arrête de chauffer. Sauf, qu'au contraire, il faut garder les jambes au contact, pour pouvoir le canaliser.
Hum... pour l'instant, ca me parait encore trop compliqué, ca!

Enfin, je suis sortie ravie de cette leçon, qui, non seulement s'est bien passée - quand on y réfléchit, ca fait un moment que je ne me suis pas fait crier dessus, c'est à ca que je vois que je progresse! - mais qui en plus, m'a aidé à mieux comprendre l'appuyer et l'épaule en avant, deux mouvements assez délicats à réaliser correctement.



Hum, le dessin, c'est un croquis de Marius, je n'ai plus que ca sous la main en photos actuellement, il va falloir que je reprenne le crayon!

Partager cet article

Repost 0
Published by Colombobine - dans Cours d'équitation
commenter cet article

commentaires

Souabe Léger 22/02/2009 19:54

Ah ben félicitations si ca marche ! Si cette méthode te convient, tant mieux. C´est le plus important.Personnellement, ce n´est pas trop mon truc, mais je ne pratique pas la méthode officielle.Bonne chance pour la suite, et bravo pour ton blog!

Souabe Léger 21/02/2009 23:35

Sauf, qu'au contraire, il faut garder les jambes au contact, pour pouvoir le canaliser.Hum... pour l'instant, ca me parait encore trop compliqué, ca!Oui, et c´est certainement aussi compliqué pour le cheval.Garder les jambes au contact pour le canaliser, c´est bien, mais ce n´est pas ca qui va le ralentir. Certaines écoles d´équitations prônent l´action des jambes pour arrêter le cheval. Ca marche quand c´est correctement effectué, mais ca comporte le risque de créer la confusion dans l´esprit du cheval. Mal appliquée, l´action des jambes va faire aller le cheval encore plus vite.Le plus naturel serait de n´utiliser les jambes que pour le mouvement en avant, et jamais pour freiner. Et les mains seulement pour freiner, et jamais pendant que les jambes demandent d´avancer. C´est le "main sans jambe, jambe sans main" de Francois Baucher. Tout ca n´empêche pas d´utiliser jambes et mains pour les exercices d´assouplissements avec incurvations ou déplacements latéraux, tant que la droite et la gauche n´agissent pas de manière parallèle ou symétrique. Mais c´est un autre sujet...Donc mon conseil : Tu as raison de trouver ca trop compliqué. Oublie les jambes au contact quand ca va trop vite. Ca te donne tout au plus une meilleure stabilité pour tenir, et encore... pas toujours. Un rééquilibrage vers l´arrière serait bien plus efficace pour reprendre le contrôle des épaules.

Colombobine 22/02/2009 17:08


Au contraire, j'apprend à arreter mon cheval presque uniquement avec les jambes, ce que je commence à bien maitriser.
IL faut dire que ce cheval, Bonheur, a été habitué ainsi.

Je dois dire également que cet apprentissage m'a aidé à mieux me servir des jambes. Auparavant, je ne m'en servait que pour piquer des talons, à présent, j'utilise toute la jambe, que ce soit pour
donner de l'impulsion ou pour ralentir mon cheval.

Evidemment, il n'y a pas une méthode meilleure qu'une autre, elles sont justes différentes, mais je pense que celle ci me convient bien.

Bonne journée