Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2018 3 20 /06 /juin /2018 09:20

C'est drôle, je suis revenue ici par hasard, par envie d'écrire, je crois.

Ca m'arrive régulièrement, mais jamais je n'ose me lancer. Je me trouve toujours des excuses pour éviter de me retrouver face à ma page blanche.

Pourtant dans ces moments je me fais de grands récits, de belles pensées, des tournures de phrases élégantes et dignes des grands écrivains. Est-ce par peur de me dévoiler ? Peur de paraitre stupide ? De toute façon peu importe, je suis quasi seule à lire ces lignes.

Toujours est-il, que je ne veux plus que ces phrases restent dans ma tête, et je me suis fait l'intime promesse que, désormais, lorsque l'envie m'en prendra d'écrire, je laisserai mes lessives et mon aspi et j'irais coucher mes mots, et tant pis si c'est pour dire des conneries!

 

Là où je voulais en venir, c'est que l'autre jour, par curiosité, donc, je suis repassée par ici, avec l'envie de partager mon désir de changement, de transition écologique, d'en finir avec cette consommation excessive. Et en relisant quelques articles de mon blog, j'ai été très surprise de retrouver ces mêmes idées il y a quelques années.

Comment ai-je pu oublier que j'avais déjà toutes ces idées en tête ?? Depuis combien de temps est ce que ce mode de vie ne me convient plus ?

Si je remonte, je dirais que lorsqu'on a commencé à s'intéresser aux orchidées, j'ai commencé à réfléchir à la façon dont tourne le monde. J'ai été sensibilisée à la déforestation massive qui détruit -entre autres- l'habitat naturelle des milliers d'espèces d'orchidées.

D'ailleurs je me souviens m'être dit que c'était un drôle de paradoxe de boycotter le nutella pour lutter contre la production d'huile de palme, mais de dépenser de l'énergie pour maintenir en bonne santé nôtre petite collection d'orchidée.

 

Plus tard je me suis intéressée à notre mode de consommation, cf les articles précédents, par conviction sans doute, mais aussi parce que j'avais besoin de trouver un intérêt à ma vie de ménagère prise dans ses taches quotidiennes.

Puis je me suis détournée, je me suis laissée allée à la facilitée du tout consommable.

 

Aujourd'hui j'arrive à un autre tournant. La vie fait que je peux de nouveau me reprendre en main, et c'est tout naturellement que je me suis de nouveau tournée vers ces idées.

La différence, c'est qu'aujourd'hui je me sens prête et libre de faire ce changement.

Tout cela se passe sur différents plans que je vais devoir mettre en action petit à petit.

   - Consommer local, bio, sans suremballage, sans transformations

  - Utiliser ses propres ressources pour acquérir le maximum d'autonomie. Jardinage, recyclage du papier, emballages etc.

  - Education et sensibilisation des enfants. Ainsi que l'a dit Pierre Rabhi, "La question n'est pas de se demander quel monde pour nos enfants, mais quels enfants va t'on laisser au monde ?" Je pense avoir fait un bon coup de sensibilisation à mes nenettes qui semble avoir fonctionné, mais après c'est un travail de tous les jours. Elles sont tellement bercées dans une profusion de tentations, d'envies, de publicités mensongères qu'il est impossible pour elles de s'autogérer. C'est au quotidien qu'il faut leur apprendre que le bonheur n'est pas dans ce que l'on possède et ce que l'on désire posséder. Le bonheur est dans la certitude que l'on a tout ce dont on a besoin.

  - Arriver, au quotidien, à être en accord avec nos idées.

  - Partager, sensibiliser autour de nous, pour que, petit à petit, la société en vienne à changer, et qu'un jour enfin, on puisse basculer sur une nouvelle économie.

J'ai pu regarder, hier, le film "En quête de sens", et ce que dit un sociologue français fait peur (j'ai la flemme de retrouver les références, c'est pas très pro tout ça.) En gros, le libéralisme actuel est en train de montrer ses limites, et s'en va, de toute façon vers un déclin inévitable. Et aujourd'hui, 2 nouveaux modes de fonctionnement s'offrent à nous. Soit nous partons vers une oligarchie qui va nous serrer la ceinture, durcir les règles et nous opprimer - mais bien sûr, au profit de ces quelques personnes de pouvoir - (c'est un peu ce qui se profile depuis quelques temps, d'ailleurs...). Soit nous allons vers une transition écologique et une économie cyclique, qui prend à la terre, puis lui redonne, dans un respect et une équité pour tous.

J'ai, du coup, à la fois beaucoup d'espoir, et beaucoup de peurs pour l'avenir. C'est maintenant qu'il faut que s'éveillent les consciences. J'ai à la fois l'impression de m'en aller vers une idéologie d'illuminés, car c'est toujours l'effet que peuvent faire les nouvelles idées. J'ai très peur des extrémismes, quels qu'ils soient, et je sais que quelle que, si bonne que fut la cause, ce n'est pas en se battant qu'on y arrive. Mais j'ai aussi l'intime conviction, qu'en adoptant ce mode de vie, en le partageant, en montrant que c'est possible, petit à petit, on pourra rallier l'ensemble de la société à cette nouvelle vision de la vie.

Soyons logiques, c'est le seul avenir possible. Et je pense, que même si on doit passer par l'oppression et les heures sombres que ça amènera, on finira par retrouver cet accord avec la nature. Parce que, de toute façon, si on ne le fait pas, on est tous morts!

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires